La Traviata de Giuseppe Verdi au Théâtre des Champs-Elysées

Opéra mis en scène. Du 28 Novembre au 7 décembre à 19h30 et le dimanche 9 Décembre à 17h00. Offre partenaire de – 15% pour les lecteurs Altritaliani. Drame amoureux et social porté à l’incandescence par Verdi, La Traviata (littéralement la « dévoyée ») est l’un des ouvrages les plus populaires de toute l’histoire du théâtre lyrique. Cette nouvelle production du TCE est servie ici par Jérémie Rhorer et Deborah Warner, grande Dame du théâtre anglais.

nov dec 2018

C’est la 1ère fois que Déborah Warner crée une mise en scène pour le Théâtre des Champs-Elysées mais c’est la seconde fois qu’elle investit l’univers passionné de La Traviata. Dans un espace épuré et clinique, Violetta, interprétée par Vannina Santoni renoncera à tout par amour puis par devoir, entourée d’une distribution éclatante de cette nouvelle génération de chanteurs des plus prometteurs.

La Traviata

DISTRIBUTION

Jérémie Rhorer direction 
Deborah Warner 
mise en scène
Kim Brandstrup c
horégraphie 
Justin Nardella, Chloé Obolensky, Jean Kalman 
scénographie 
Chloé Obolensky 
costumes 
Jean Kalman 
lumières

Le Cercle de l’Harmonie 
Chœur de Radio France direction Alessandro Di Stefano

Durée de l’ouvrage 2h10 environ
Opéra chanté en italien, surtitré en français et en anglais

EN SAVOIR + sur le site du Théâtre des Champs-Elysées

Rencontre avec l’équipe artistique le mardi 20 novembre à 18h30
Entrée libre sur inscription ICI

BON PLAN POUR LES LECTEURS ALTRITALIANI : sur les 4 premières catégories et dans la limite des places disponibles

-15% avec code avantage >   ITATRAVIATA

Via ce lien

Depuis 1973, aucune nouvelle mise en scène de La Traviata n’a été présentée sur la scène du Théâtre des Champs-Elysées. Deborah Warner reprend ainsi le flambeau en nous invitant dans un univers où deux mondes se superposent, celui de Violetta – Vannina Santoni -, et celui de son double.
Le ténor Saimir Pirgu – Alfredo – et Laurent Naouri – Germont – sont entourés de jeunes talentueux chanteurs français.
Jérémie Rhorer a choisi de faire entendre le La Verdien dans son diapason d’origine à 432 Hz afin de restituer toute l’incandescence de la partition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.