Carlo Levi, un peintre-écrivain entre Paris et Matera

Du 2 avril au 7 mai, l’Institut culturel italien présente l’exposition « Carlo Levi, un peintre-écrivain entre Paris et Matera ». Ville européenne de la culture 2019, Matera, jusque dans les années ’50, était le symbole de l’oubli dont était victime la Basilicata comme toute l’Italie du Sud. Levi fut exilé à quelques kilomètres de là en 1935-1936 en raison de son activité antifasciste.

Altritaliani
Détail d’un autoportrait de 1943

*

Carlo Levi (1902-1975) n’est pas seulement l’écrivain du célèbre roman Cristo si è fermato a Eboli ou l’intellectuel antifasciste auquel Sartre et Beauvoir ne manquaient jamais de rendre visite lors de leurs nombreux voyages en Italie. Dès ses débuts, Carlo Levi s’est surtout pensé et vécu comme un peintre en dialogue, notamment avec les milieux artistiques français. À partir de 1925, Levi a longuement et à de nombreuses reprises séjourné en France, notamment pour des raisons politiques liées à son activité antifasciste à compter de 1939. Les contacts avec le milieu intellectuel parisien ont profondément influencé sa sensibilité artistique.

Organisée avec la Fondazione Carlo Levi, l’exposition Carlo Levi, un peintre-écrivain entre Paris et Matera présente une trentaine de tableaux réalisés entre les années 1920 et les années 1950. Elle témoigne de la force des relations que l’artiste a entretenues avec la France. Les portraits d’amis intellectuels ou de paysans racontent, avec l’expressivité du style de Levi, l’histoire de l’Italie de l’époque. Quant aux paysages de Paris ou de la Basilicata, ils sont aussi touchants et humains que s’il s’agissait de portraits.

Altritaliani

L’exposition est complétée par des photographies de Mario Carbone (né à Cosenza, en Calabre, en 1924), qui a suivi Levi lors d’un déplacement en Basilicata, et de documents témoignant de l’activité artistique de Levi (lettres, photographies, couvertures des premières éditions de ses livres, catalogues et brochures de ses expositions).

Le vernissage, le 2 avril à partir de 19 heures, aura lieu en présence des commissaires de l’exposition, Daniela Fonti, présidente de la Fondation Carlo Levi, et Antonella Lavorgna (Fondation Carlo Levi), Stefano Levi Della Torre, peintre, architecte, essayiste, et neveu de Carlo Levi, et Roberto Carbone, directeur des Archives Mario Carbone.

Lieu: IIC Paris, rue de Varenne, Paris 7e, jusqu’au 7 mai (du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 15h à 18h, ainsi qu’en soirée lors des manifestations). En collaboration avec la Fondazione Carlo Levi.

Réservations ICI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.