« Dictionnaire amoureux » des garçons et des filles en temps de pandémie

Sentiments confinés pour toujours? Le début d’une nouvelle civilisation numérisée? Les rapports filles-garçons mis à rude épreuve?

« Une enquête littéraire menée par 22 jeunes adolescents qui s’arment de questions multiples et variées pour tenter de répondre aux problématiques sentimentales de notre temps : être un garçon ou une fille aujourd’hui, que cela signifie-t-il ? Peut-on dire que des mots comme amour, amitié́, affection, haine, solidarité́, abandon, jalousie et d’autres encore connaissent déjà̀ une mutation sémantique et symbolique ? »

Lisa Ginzburg

Depuis la rentrée scolaire 2020, l’écrivaine et traductrice italienne Lisa Ginzburg est au cœur d’une résidence d’écrivain qui interroge, avec un public de jeunes lycéens parisiens, les problématiques de notre temps. Soutenue et parrainée par le dispositif de la Région Île-de-France, l’auteure a donc posé des jalons, de plus en plus étroits, entre deux lieux opposés, le lycée Suger de Saint-Denis et le lycée Buffon de Paris (15e arr.), où elle organise chaque semaine des ateliers d’écritures, des réflexions et des débats.

L’idée du projet est née du puissant désir de développer une réflexion commune autour des sentiments, des émotions et des valeurs morales entre des jeunes issus de milieux sociaux différents aux prises avec l’avènement, peut-être, d’une ère nouvelle dont ils seront les protagonistes. Au cœur des ateliers conduits par Lisa Ginzburg, un guide littéraire : l’Abécédaire (Il Sillabario, en italien) de Goffredo Parise (1984), chef d’œuvre de l’écrivain italien originaire de Vicence, dont les élèves s’inspirent pour construire et transposer à leur tour, le reflet de leurs émotions sur le papier.

On le nomme déjà le nouveau « Dictionnaire amoureux des garçons et des filles » et sera co-écrit par l’auteur et les élèves de 1eres générales des deux lycées issus de la section binationale Esabac, cursus d’excellence qui vise l’obtention d’un double diplôme d’Etat français et italien. Ensemble, à tout juste 16 ans, ils se proposeront de redéfinir les notions de « masculin » et de « féminin » au regard de l’ère actuelle, en relatant l’introspection émotionnelle qui ronge leurs pensées. L’ouvrage qui en découlera, contextualisé dans une époque empreinte d’angoisses et de troubles exacerbés par le climat pandémique de la Covid19, offrira le précieux témoignage de jeunes adolescents franco-italiens questionnant leurs sentiments (dé)confinés et leur place dans la société.

Lisa Ginzburg écrit à ce propos : « qu’ils puissent faire face, avec plus de conscience et de résilience aux grands défis que leur impose une époque en transformation incessante, amplifiée par l’expérience du confinement qui a brusquement amené à (dés)apprendre à ne plus être avec les autres, et à encaisser tout un tas de faits souvent oppressants d’un point de vue psychologique. » 

Et l’originalité de ce projet réside aussi dans le croisement entre deux entités socialement et géographiquement très différentes à un moment où cela semblait encore plus improbable que d’ordinaire. Donc croiser les regards, les corps, les espaces, les idées, les débats, les écritures, les productions artistiques et les langages singuliers, c’est là la deuxième phase du projet qui se révélera, au travers des rencontres de plus en plus serrées entre les jeunes, qu’elles soient virtuelles ou physiques, mais aussi avec des acteurs de divers secteurs culturels tels que l’écrivaine italienne Nadia Terranova ou encore l’artiste-illustrateur Lorenzo Mattotti.

Pour compléter cette année d’échanges exprimés essentiellement à travers et par la littérature s’ajoutera un blog où un collage de voix, celles des élèves, de l’auteur, et de l’équipe encadrante, donnera, en lien avec les mots choisis pour ce Dictionnaire, un statut hypertextuel « en mouvement » à l’amour, la sexualité, la vie, le désir, mais aussi à la violence, l’inégalité, l’abandon, la mort, comme si les mots ne voulaient ou ne pouvaient pas se fixer définitivement…

C’est donc un projet ambitieux, inclusif et collaboratif projeté vers l’avenir, peut-être une nouvelle révolution des sentiments à venir, qui nous imposera à tous la lecture de ce Dictionnaire amoureux des garçons et des filles ! A suivre…..

Lisa Ntessi et Sandra Millot

*

Lisa Ginzburg vit à Paris où elle est directrice culturelle de l’organisation Union latine. Elle a écrit des romans Desiderava la bufera (Feltrinelli 2002), Per amore (Marsilio 2016), Au pays qui te ressemble (Verdier 2019), Cara pace (Ponte alle Grazie 2020), des recueils de nouvelles Colpi d’ala (Feltrinelli 2006, Premio Teramo 2007) et Spietati i mansueti (Gaffi 2016, Premio Renato Fucini 2017), des essais Buongiorno mezzanotte, torno a casa (Italo Svevo 2017) e Pura invenzione. Dodici variazioni su Frankenstein di Mary Shelley (Marsilio 2018). Elle collabore avec le quotidien italien “Avvenire” et le site littéraire “Nazione indiana”.

Lisa Ntessi: Diplômée d’un Master 2 Industries et Échanges culturels entre la France et l’Italie (Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Lisa Ntessi a débuté en tant que chargée de logistique et partenariats pour le Festival Italie Nouvelle en 2017. Actuellement, elle occupe la fonction de coordinatrice de projet pour la Résidence d’écrivain de Lisa Ginzburg avec laquelle elle collabore étroitement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.