Lo scrittore francese René Bazin, sulle strade del nostro Sud

Alcune considerazioni di Marco Roncalli, noto giornalista e scrittore italiano, sul libro Sicilia e Italia del sud di René Bazin – nato nel 1853 e scomparso nel 1932 – (a cura di Anne-Christine Faitrop-Porta, Edizioni Lussografica) che con piacere riportiamo su Altritaliani. Il libro sarà presentato a Reggio di Calabria (11 ottobre), Bologna (21 ottobre), Napoli (22 ottobre), Palermo (28-29 novembre), Caltanissetta (2 dicembre) e in altre città siciliane e italiane. Ogni volta sono chiamati a partecipare liceali e studenti universitari. Abbiamo pubblicato in precedenza un brano dedicato a Catania tratto da questa interessante opera che potete leggere nella nostra rubrica estiva Un libro Una città

*

“Pagine piene di immagini come dipinti di fine ‘800 del nostro Mezzogiorno: tavole vive di colori e riflessi; profili di donne, uomini, bambini, visti da vicino; quadri di paesaggi, edifici, terre dove il vento soffiando alza la polvere e l’ombra fatica a coprire le rocce come i mosaici di chiese sempre battute dalla luce. Pagine piene di profumi e sapori, che esplodono selvaggi nella natura o sopra i banchi dei mercati. Pagine dove arriva l’eco di suoni sui ritmi di danze e tarantelle, di musiche per zampogna e cembalo, che fanno rivivere la sacralità di miti antichi. E tanti brani che descrivono quadri di una vita operosa accettabile, o inaccettabile: di miseria profonda che si svela sul palmo di mani aperte di accattoni, si legge su visi smunti e patiti, s’intravvede in stanzoni pieni di nugoli di bambini dove si frigge e si dorme sulla paglia. E poi il racconto: delle feste, che rallegrano tutti, come quella di Santa Rosalia o di San Gennaro; o di certi riti, come quelli che alla vigilia di San Giovanni vedono “interrogare” dopo una notte il vigore dei petali di crisantemi recisi o i disegni spontanei creati dal piombo fuso versato in scodelle d’acqua. E, ancora, la narrazione in diretta: di salite iniziatiche su monti dove le lave insidiano i passi; di passeggiate a piedi o su carretti belli come quelli dipinti da recare in dono agli amici; di tanti incontri: con pescatori e cacciatori, nobili latifondisti e contadini, artisti, il prete e l’antiquario, la vedova e il mafioso, donne anziane dagli occhi ancora vispi e ragazze sorridenti che stanno per sposarsi…

C’è questo — ma anche altro — sotto il titolo Sicilia e Italia del sud, di René Bazin (a cura di Anne-Christine Faitrop-Porta, Edizioni Lussografica, pagine 296, euro 18,00), opera che presenta e traduce capitoli tratti da Sicile. Croquis italiens e Les Italiens d’aujourd’hui, usciti a Parigi rispettivamente nel 1892 e 1894. Autore di romanzi sulla Francia rurale e operaia parecchi dei quali tradotti in italiano (oltre che nel 1921 di una biografia di Charles de Foucauld che superò le duecentomila copie), René Bazin, sceso in Italia almeno per dieci lunghi soggiorni, si è lasciato affascinare dal nostro Paese, dal suo genio, dalla sua lingua, e in particolare dal Sud, come pochi altri autori. Così dei suoi itinerari ci resta una prosa capace ancora di evocare soprattutto i paesaggi (largamente perduti), la popolazione (persino nelle movenze abituali, nei gesti quotidiani), il clima del nostro Meridione (più che meteorologico, sociale, economico, politico, religioso). Con questa peculiarità: mentre i romanzieri francesi di fine ‘800 — Anatole France, i Goncourt, Paul Bourget, Zola… — descrivono un Paese in totale declino, Bazin senza chiudere gli occhi davanti a problemi gravi (come lo sfruttamento dei braccianti, la mafia siciliana, la camorra napoletana, ecc.), coglie il significato dell’attaccamento, dell’unione ancora forte, in Italia, tra l’uomo e la terra. Avendo cura, infine, di distinguere l’Isola dalla Penisola per evocarne persino capitoli di una lunga storia fatta dal susseguirsi di invasori e soprusi, ma pure di tanta solidarietà. Anche questa parte di quell’«armonia superiore» che, avverte Anne-Christine Faitrop-Porta, qui, dove «parlano le pietre e stupiscono le stelle», a Napoli, in Calabria, in Sicilia, «sboccia in una radiosa epifania».”

Marco Roncalli

Fonte : Avvenire, Milano, A. LII, n° 147, 22 -VI – 2019, p. 22. Pubblicazione Altritaliani con il gentile consenso dell’autore.

Logo: Il lungomare di Napoli in un quadro di Carlo Brancaccio (1861-1920)

Inviti incontri René Bazin a Reggio di Calabria e Bologna da scaricare
Invito all’Istituto francese di Napoli

VEDI IL RESOCONTO DEGLI INCONTRI ORGANIZZATI IN ITALIA NEI COMMENTI IN FONDO ALLA PAGINA

1 COMMENTAIRE

  1. Chers Amis de René Bazin,

    Voici le compte rendu des huit présentations en Italie de ma traduction des pages de René Bazin, Sicilia e Italia del sud, (Università di Catania, Caltanissetta, Edizioni Lussografica, 2019) à Reggio de Calabre, Bologne, Naples, Palerme, Caltanissetta.

    A Reggio de Calabre, la présentation du 11 octobre 2019, au matin, au Lycée Convitto Nazionale T. Campanella, organisée par Mme Iris Germanò, présidente de l’Alliance française, et par Mme Valérie Le Galcher-Baron, attachée de coopération de l’Institut français de Palerme, à qui nous devons d’avoir su communiquer son vif intérêt pour le livre aux enseignants de Calabre et de Sicile, et en présence de la Directrice Francesca Arena, s’est très bien passée, devant une assistance nombreuse et attentive, en particulier des classes ESABAC de Reggio, préparant un double diplôme français et italien.

    Le 11 octobre au soir, au Palais Alvaro de Reggio, la présentation était organisée par Mme Raffaella Imbriaco, avec la participation du Conseiller à la culture de la Città Metropolitana, Filippo Quartuccio, des autorités locales, de l’Institut français de Palerme, de l’Alliance française et de Marilù La Face de l’Association Anassilaos, qui m’a attribué un Prix, en 2016, pour mes publications sur le romancier Corrado Alvaro, calabrais d’origine, et avec le concours d’Antonella Cuzzocrea de la très active maison d’édition de Reggio, Città del Sole, qui, en 2016, a publié ma traduction des pages de René Bazin sur la Calabre, Dal frutto al mito. René Bazin, un viaggiatore in Calabria. Le public était nourri et passionné, puisque Bazin est un des très rares Français à avoir voulu visiter la Calabre, à la fin du XIX ème siècle, et le premier à avoir découvert la culture de la bergamote. Le maire de Reggio a envoyé un message, dont il a été donné lecture, à la fin, pour exprimer son regret de n’avoir pu être présent et me remercier de l’hommage rendu à son père, Italo Falcomatà. En effet, j’avais rappelé que, dans ce même Palais, lors de la présentation d’un de mes livres sur Corrado Alvaro, j’avais parlé des pages de Bazin sur la Calabre à cette personnalité remarquable et, ensuite, les lui avais envoyées. Il les avait appréciées au point de les citer dans un de ses discours.

    À Bologne, le 21 octobre, dans le cadre du festival « Viva la storia Viva », sous l’égide de l’Université de Bologne, Centro di Didattica della Storia e Dipartimento di Scienze dell’Educazione, la présentation organisée par l’Association Francesco Francia, d’artistes, architectes, peintres, sculpteurs, grâce à l’architecte Elisabetta Bertozzi et au sculpteur Luigi Enzo Mattei, au grand Lycée Luigi Galvani, dans le centre historique de la ville, en présence du Proviseur Giovanna Cantile et de membres de l’Alliance française, devant un public très nombreux de lycéens et d’étudiants de l’Université, n’a pas été un succès, mais un… triomphe! En effet, les professeurs avaient fait lire la quinzaine de textes, avec leur traduction, que j’avais envoyée, et les jeunes gens m’ont posé un très grand nombre de questions, toutes pertinentes et certaines, touchantes. Lorsque la présentation a pris fin, à plus de 13h, certains enseignants m’ont fait remarquer que les jeunes gens quittaient la salle… à regret! Ensuite, on m’a fait visiter les deux superbes Bibliothèques du XVII ème et du XVIII ème siècle.

    À Naples, le 22 octobre, avec le concours de Mme Marcelle Padovani, correspondante du Nouvel Observateur en Italie, auteur de livres sur la Sicile et sur Naples, et en présence du Consul, Directeur de l’Institut français, M. Laurent Burin des Roziers, le public était plus restreint et plus âgé, mais fort attentif. Avait tenu à être présent le Secrétaire général de la SIDEF, société d’enseignants de français en Italie, pour qui j’ai fait de nombreuses conférences et qui m’a remis un Prix, à l’Institut français de Florence, en 2016.

    À Palerme, le 28 novembre, c’est au superbe Palazzo Butera, que s’est déroulée la présentation, introduite par le Directeur de l’Institut français de Palerme, M. Éric Biagi, et par Claudio Gulli, historien d’art, devant un public très averti, posant des questions avisées. La coïncidence était touchante, puisque René Bazin visita ce palais, en 1890, et le décrivit avec admiration.

    C’est encore à Palerme, le 29 novembre, mais à l’Université, Dipartimento di Scienze Umanistiche, au Centro Linguistico d’Ateneo, place Sant’Antonino, autour d’un cloître splendide, que le livre a été présenté, grâce au Professeur Antonino Velez et à Mme Valérie Le Galcher-Baron, avec l’intervention éclairée de Mme Ida Rampolla del Tindaro, présidente de l’AMOPA en Italie, et la participation du Prof. F.P.A. Madonia. Les étudiants et les lycéens préparant l’ESABAC, de Palerme, mais aussi de Bagheria et de Trapani, ont suivi les interventions et ont posé de nombreuses questions fort intéressantes.

    Le 29 novembre, dans l’après-midi, l’Atelier de traduction destiné aux étudiants, introduit et présenté par le Professeur Antonino Velez et par Mme Valérie Le Galcher-Baron de l’Institut français de Palerme, fondé sur la traduction des pages de Bazin, a été un échange très intéressant et enrichissant.

    Le 2 décembre, à Caltanissetta, qui garde des témoignages de la présence normande en Sicile, le matin, au Liceo Classico R. Settimo, la présentation du livre organisée par la présidente de l’Alliance française, Mme Clelia Morreale, et par Mme Valérie Le Galcher-Baron de l’Institut français de Palerme, à été très aimablement introduite et présidée par le Proviseur, Mme Irene Cinzia Maria Collerone. Les lycéens magistralement préparés par leurs enseignants, ont lu, résumé, complété les textes de René Bazin et leurs nombreuses questions ont permis d’éclairer les enquêtes du voyageur et les découvertes du romancier.

    A Caltanissetta, le soir, c’est le beau Palazzo Moncada qui avait été choisi comme cadre de la présentation du livre, avec le concours de Mme Marcella Natale, Adjointe à la culture, de Mme Irene Collerone, Proviseur du Lycée, et de l’Alliance française, grâce à l’aimable éditeur Salvatore Granata de Lussografica à Caltanissetta, maison fondée en 1932, précisément l’année de la disparition de René Bazin.

    De ces huit présentations, on pourrait dire neuf, si l’on comptait l’atelier de traduction du 29 novembre, il faut remercier les Instituts français de Palerme et de Naples, les Alliances françaises, les Proviseurs des Lycées de Reggio de Calabre, de Bologne, de Palerme et de Caltanissetta, les Professeurs de l’Université de Palerme, mais aussi les nombreux enseignants de Reggio, de Bologne, de Palerme, de Caltanissetta, de Bagheria et de Trapani, dont je voudrais pouvoir citer les noms par reconnaissance pour le rôle qu’ils ont assumé en préparant si généreusement les lycéens, en leur faisant lire, traduire, commenter les textes de René Bazin et en leur communiquant leur attention passionnée pour le voyageur et pour le romancier.

    Le mot de la fin, nous le laisserons, si vous le voulez bien, aux jeunes gens qui m’ont dit avec un grand sourire: « René Bazin nous a fait découvrir les beautés de notre région que nous ne soupçonnions pas! ». C’est la mission que se donna le romancier voyageur: « Faire la lumière » et il l’accomplit amplement, puisque cent trente ans plus tard, grâce à ses pages éclairées, les lecteurs italiens découvrent leur pays.

    A. C. Faitrop-Porta

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.