Lettre ouverte pour que les élèves français puissent toujours étudier l’italien à l’école.

A Altritaliani, à tous ses fidèles lecteurs,

Je vous écris au nom de tous les enseignants d’italien de France. Depuis plusieurs années, la situation de l’enseignement de l’italien en France se dégrade et la langue de Dante risque même de disparaître en tant que langue vivante 3, appelée LVC depuis la dernière réforme du lycée général.

Alors nous luttons et essayons de faire comprendre aux institutions que limiter l’enseignement des langues à l’anglais, l’espagnol et l’allemand est une erreur.
La pétition dont je vous indique le lien reflète parfaitement la situation et peut-être qu’elle aura plus de poids si votre signature et celles de vos lecteurs s’y ajoutent et que quelques mots venaient nourrir les commentaires.

Vous lirez à travers nos mots le désarroi de nombreux enseignants las de se battre mais refusant l’inéluctable au nom d’un modèle économique peu favorable à l’enseignement de certaines matières moins diffusées parce que a priori moins rentables. La culture doit-elle être rentable… notre devoir n’est-il pas de former les esprits plus que de remplir les cerveaux ?

Nous sommes persuadés de la nécessité de soutiens extérieurs à l’éducation Nationale.

Voici, notre requête et nous serions heureux et fiers de vous compter parmi les signataires de la pétition suivante :

http://chng.it/xWpk8DKz9g

  • Pour le respect de la diversité des langues vivantes enseignées en France.
  • Pour que le Ministère de l’Education Nationale soutienne de façon équitable toutes les langues enseignées de l’école à l’université.
  • Pour que des moyens spécifiques soient attribués pour venir en aide à l’enseignement de l’italien, dès la rentrée 2021.

Je conclurai en reprenant Cocteau qui disait ceci : Les Italiens sont des Français de bonne humeur…et bien les élèves qui étudient l’italien sont bien souvent des élèves de bonne humeur.

Nous vous remercions de nous avoir accordé un peu de temps pour lire cette pétition.

Très cordialement

Pour la FNAI, Fédération Nationale des Associations d’Italianistes
Sylvie Quenet
Presidente

Et pour la SIES, Société des Italianistes de l’Enseignement supérieur
Jean-Luc Nardone
Président

Signez la pétition lancée par la FNAI et la SIES: «Lettre ouverte pour que les élèves français puissent toujours étudier l’italien à l’école». Merci! C’est important!

La rédaction d’Altritaliani

7 Commentaires

  1. On a abandonné le grec ancien, puis le latin au motif qu’ils n’étaient que quelques-uns à étudier ces langues dites « mortes », quelle horreur, elles sont anciennes et vivent tellement aujourd’hui dans de nombreuses langues européennes ! Le grec moderne ne s’enseigne pas, la Grèce a été sacrifiée à l’autel des banquiers. On va maintenant supprimer l’italien, même logique ! Ces deux
    pays deviendront des parcs plein de bus de touristes incultes qui ne sauront plus ce qu’ils voient mais qu’ils auront vu : une halte à Mac Do puis des « cailloux » sur le forum romain. Grave, très grave : comment feront-ils pour voir, pour entendre magistrats et orateurs haranguer la foule aux rostres ? Il est temps de changer l’étalon « rentabilité » à l’école !

  2. Surtout n’arrêtons pas l’apprentissage de cette langue ! Les Italiens sont nos voisins, comme les Allemands, belges, espagnols… D’autant que la France a accueilli un très grand nombre d’Italiens dont mon père et ses parents par exemple. Et tellement d’autres ! J’ai du reste appris l’Italien, sentant cette langue dans mes racines. Et quel bonheur ! Francine.

  3. l’italien doit être enseigné dans les lycées car c’est la langue de la culture de la musique de la poesie
    Chacun de nous devrions savoir ce que nous devons à l’Italie qui est la base de notre civilisation européenne

    En supprimant l’enseignement de l’Italien, nous effaçons une partie de notre identité.

  4. J’adore la langue italienne qui pour moi est une vraie musique
    De plus, je considère que c’est la langue de la culture, étant donné toutes les belles œuvres littéraires et artistiques que l’on trouve dans le beau pays où elle est parlée ou chantée
    Et si l’on veut apprécier une œuvre, il vaut mieux le faire en VO
    Il me paraît souhaitable de continuer à l’enseigner dans les lycées

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.