La nouvelle fable d’Emma Dante: Le Pulle, opérette amorale.

Le dernier spectacle écrit et mis en scène par Emma Dante, la grande dramaturge contemporaine italienne : Le Pulle sera au Théâtre du Rond-Point du 17 mars au 11 avril, en version originale (palermitain surtitré) ! Suivra du 14 au 18 avril mPalermu.

Son «operette amorale », livrée avec toute l’insolence que l’on trouvait déjà dans ces précédents spectacles, est une bonne occasion de (re)découvrir cette artiste de talent. Du théatre contemporain sicilien choc à na pas rater !

  • Note d’intention

«C’est cette même Mab qui, la nuit, tresse la crinière des chevaux et dans les poils emmêlés durcit ces nœuds magiques qu’on ne peut débrouiller sans encourir malheur. C’est la stryge qui, quand les filles sont couchées sur le dos, les étreint et les habitue à porter leur charge pour en faire des femmes à solide carrure.» William Shakespeare

L’opérette amorale, expression que j’utilise pour définir ce spectacle, est un acte unique, de type populaire, au cours duquel alternent le chant et le texte, et où le thème traité n’a rien à voir avec la morale commune. Les putains (« pulle » en palermitain) en sont les protagonistes, quatre travestis et un trans qui contemplent des madones aux couleurs vives, portant des vêtements ornés de strass, de plumes d’autruche, de dentelle, de paillettes et de guêpières. A travers un processus de métempsycose, trois fées guidées par Mab, l’accoucheuse des fées, transfèrent dans les «pulle» leur âme féminine, s’incarnant dans un être hybride, à cheval entre deux sexes. Le miracle doit accomplir le revirement du féminin sur le masculin, sans avoir à subir d’opération ni l’excommunication d’un Cardinal bigot.

Rosy, Sara, Ata, Moira et Stellina s’endorment béates et en songe reçoivent la grâce de leurs trois protectrices: la fée dansante, la fée chantante et la fée parlante. Le voyage onirique, riche de travestissements, maquillages, perruques, danses, chants et chorégraphies de variété, se teinte aussi d’atmosphères déchirantes et douloureuses où les«pulle»mettent à nu leur condition de marginalisées. Derrière un paravent de soie se cache une blessure, un regard épouvanté, une vie abîmée. Mab, avec ses jambes d’araignée, ses ailes de sauterelle et ses humides
rayons de lune, est prête à intervenir.

Emma Dante présente également mPalermu, du 14 au 18 avril 2009 au Théâtre du Rond-Point.

Plus d’informations sur le spectacle

Le site officiel d’Emma Dante

«L’operetta amorale con cui definisco questo spettacolo è un atto unico di carattere popolare in cui la recitazione si alterna col canto e l’argomento che viene trattato non ha relazione con la comune morale. Protagoniste sono le puttane (pulle in palermitano), quattro travestiti e un trans che contemplano madonne a tinte accese, vestite di stras, piume di struzzo, pizzi, lustrini e guepiere». Emma Dante


  • La presse

« Co-prodotto col Théâtre du Rond-Point di Parigi e col Théâtre National di Bruxelles, dove approderà tra non molto, a testimonianza della crescente fortuna internazionale di cui gode la regista palermitana, Le pulle è una singolare « operetta amorale » in cui la recitazione si alterna con la musica e il canto. L’azione è ambientata nel mondo della prostituzione – pulle in siciliano significa puttane – e più precisamente in quello dei transessuali: ma la Dante ha voluto intrecciare i valori di questa categoria umana, all’apparenza lontana da afflati spirituali, con lo slancio religioso pagano e popolare che attraversa da sempre il suo linguaggio teatrale. Così le bizzarre devote vivono nel culto di improbabili Madonne dalla femminilità miracolosa, sante Marie vergini e addolorate delle paillettes, dei merletti, dei reggiseni. »
Delteatro.it

«Il viaggio onirico, ricco di travestimenti, trucchi, parrucche, balli, canzoni, coreografie da avanspettacolo, è accompagnato da atmosfere laceranti e dolorose in cui le cinque pulle mettono a nudo la loro condizione di emarginate. Dietro un separé di seta si nasconde una ferita, uno sguardo spaventato, una vita sciupata. Mab, con zampe di ragni, ali di cavallette e umidi raggi di luna è pronta a intervenire.» Corriere del mezzogiorno

2 Commentaires

  1. La nouvelle fable d’Emma Dante
    On aime ou on aime pas mais ce spectacle dérange !

    Le parti pris d’étaler une vérité dérangeante peut surprendre voire choquer en effet. On s’en aperçoit rapidement et de nombreux spectateurs quittent la salle ! Les postures obsènes, la nudité, les anecdotes d’enfances malheureuses laissent bien sûr une sensation de mal-être. Mais l’horreur et la violence sont raccontées avec un aspect merveilleux, ce qui livre une fable tout en poésie « trash » où rire et ironie se mêlent. C’est leur destin commun que nous racontent ces « pulle » dans des tableaux aux images photographiques.

  2. La nouvelle fable d’Emma Dante
    Vous connaissez la phrase de l’ami qui à la sortie vous demande : ça t’a plu ? Je marque un temps d’arrêt. Je ne peux pas répondre en ces termes. Plaire, ne pas plaire… Ce n’est peut-être pas mon registre théâtral favori ? Et puis, est-ce que ça nous plaît de recevoir des coups de poing dans le ventre ? Emma Dante est provocante mais ces « pulle » qui se mettent à nu nous touchent, avec leurs blessures, leurs vies gâchées, leurs espoirs et rêves fous. Personnes prudes s’abstenir ! Pour les autres, cette opérette amorale est à mon avis un spectacle fort, plein de créativité, étonnant.Quel talent et personnalité cette Emma Dante! Les comédiens sont bravissimi.

Comments are closed.