Un oeil sur la planète. Italie: la grande débrouille?

VOUS N’AVEZ PAS PU VOIR L’EMISSION, CLIQUEZ SUR LE LIEN DES QUE VOUS AUREZ OUVERT L’ARTICLE. VOS COMMENTAIRES NOUS INTERESSENT!

UNE SPECIALE ITALIE. Le 25ème numéro d’un ŒIL SUR LA PLANETE, une émission trimestrielle proposée par Patrick Boitet, présentée par Etienne Leenhardt, réalisée par Nicolas Maupied.

Sur France 2 – lundi 1er juin à 22heures 20.


L’émission EN VIDEO

Watermark.aspx.jpg
L’INTENTION

Avec le tremblement de terre de l’Aquila, l’Italie a fait la Une des médias français au mois d’avril. Ce n’est pas si courant. Il fallait un drame de cette importance pour que nos regards se tournent vers la Péninsule. Ce pays, les Français l’adorent et pour cause, 10% d’entre nous sont d’ascendance italienne, mais nous avons du mal à le prendre au sérieux. Charmeurs, exubérants, indisciplinés, un rien fanfarons, les Italiens nous font sourire, sauf quand ils nous battent au football…

Instabilité politique chronique, perte de compétitivité économique, depuis dix ans, l’Italie est le boulet de l’Europe. Beaucoup de Français considèrent Silvio Berlusconi au mieux comme un bouffon, au pire comme un escroc. Et puis bien sûr, il y a l’ombre de la mafia…

C’est une vision très parcellaire de la réalité. On oublie un peu vite que l’Italie est encore la 7ème puissance économique mondiale, un partenaire essentiel pour la France. Un pays qui n’a rien à nous envier pour l’Histoire, la Culture, le Patrimoine, la Cuisine ou la Mode et qui nous dame le pion sur bien des marchés étrangers. En dehors de l’Union européenne, l’Italie exporte souvent plus que nous, même pour les vins et les fromages, malgré des infrastructures déficientes, l’énergie la plus chère d’Europe, une administration peu efficace.

Alors, comment font-ils ?

Y a-t-il encore un « miracle italien » ou doit-on désormais évoquer son déclin ?

LES REPORTAGES

Reportage 1 / L’insubmersible ? Philippe Visseyrias, Karine Guillaumain (tourné à Rome, Milan et l’Aquila).

Le plus connu des Italiens en France est Silvio Berlusconi, souvent moqué chez nous pour son usage de la chirurgie esthétique, ses blagues douteuses ou ses casseroles judiciaires. A 73 ans, Silvio Berlusconi est pourtant de nouveau Premier ministre de l’Italie. Pour la 3ème fois. Et malgré la crise économique, sa popularité ne se dément pas dans son pays, où il a écrasé la Gauche et vient d’unifier la Droite. Quel est donc le secret de cette longévité politique exceptionnelle ?

Reportage 2 / Petits arrangements en famille,par Karine Comazzi, Didier Dahan (tourné à Naples).

Entre le Nord et le Sud de l’Italie, il y a 40% de différence de pouvoir d’achat. Quand l’Etat ne remplit pas son rôle et que la crise est là, en Campanie, la famille est le premier amortisseur social. A 30 ans, certains Italiens habitent encore chez leurs parents et pour faire bouillir la marmite, on se débrouille, on s’arrange…Combines, travail au noir avec toujours la présence de la camorra. Pour les rêves d’avenir, on repassera.

Reportage 3 / « Made in Italy » ? Frédéric Crotta, Frank Brisset (tourné à Trieste, Montebelluchio et Timisoara en Roumanie)

L’Italie a une production industrielle supérieure à celle de la France, avec plus de 4 millions d’entreprises, situées principalement dans le Nord de la Péninsule, l’une des régions les plus riches d’Europe. Le succès du « made in Italy » repose sur la création, l’innovation, le design. Mais aussi sur une délocalisation de la production. Enquête sur un label de moins en moins italien.

Reportage 4 / La loi du shérif ? Dorothée Cochard, Frédéric Bohn (tourné à Trévise et Turate)

En l’espace de deux décennies, de pays d’émigration, l’Italie est devenue un pays d’immigration. Une mutation majeure visible dans les grandes villes comme dans les zones rurales. Un changement profond qui provoque des tensions, encore plus en temps de crise économique. Les nouveaux arrivants sont souvent associés à la criminalité et à la délinquance. Un parti ouvertement xénophobe comme la Ligue du Nord compte aujourd’hui 4 ministres dans le gouvernement Berlusconi. Et certains maires se comportent désormais comme des shérifs pour faire régner l’ordre…

6 Commentaires

  1. Italie : la grande débrouille ?
    Vivant en Italie,j’avais hate de voir l’émission l’oeil sur la planète .L’émissin terminée j’en suis ressortie très en colère.Vous auriez du l’apeller l’Itale ,le retour au fachisme et son dictateur!!”faire voir quelques petits con qui ne devaient pas avoir plus de quinze ans faire le salut nazi”j’en ai vu en France dans chaque région que j’ai visité…
    Intérroger 5 hommes de 60 ans qui pour eux les valeurs fondamentales sont le travail,la famille et la religion,je vous rapelle que nous vivons dans le pays du vatiquan et faire passer pour du racisme le fait qu’ils ne veulent pas de faignants qui profitent du système en étant hors la loie avec leurs quatres femmes, mais j’avais oublié qu’en France on ne pouvait plus dire ce qui nous choque sans ce faire traiter de racistes!!! Le maire de veronne n’a pas été le premier à fermer les camps de roms ,le maire de la capitale l’avait fait avant lui mais vous etes vous rensengné des viols ,des vols,et des raquettes qu’ils y avaient avant dans ces deux villes!!
    En parlant de ces 6 hommes qui se sont fait tuer à Naples ,ne savez vous pas que élas les clandes tins ce font embaucher par la mafia pour faire les sales besognes,je n’en sait rien mais avez vous demander si ça ne pouvait pas etre un réglement de compte.
    Sur le fait que Berlusconni est été voté 3 fois sans programme ,vous prenez vraiment les italiens pour des cons!!
    N’oubliez pas qu’il y a eu Prodi entre deux élèctions de Berlusconni qui à laissé pourrir les napolitains pendant plus d’un an au mileu des poubelles et qui lui n’a vraiment rien fait…..
    Pour le tremblement de terre vous avez fait voir le premiers ministre au milieu de son peuple à faire des promesses qu’il est entrain de tenir ,mais ça vous n’avez pas été vérifier. c’est sur que vous préféré le président Sarkosy qui met des barrières partout pour que l’ont n’approche surtout pas,et je vous rapelle aussi qu’il a été élu sur l’insécurité!!! après sur la censure, les télés je suis d’accord ,sur le fait qu’il y a beaucoup d’hommes politiques qui pourraient etre des supers copains de le pen ok,qu’il y a des racistes(comme partout)ok.mais ce n’est pas agréable de voir une émission qui met dans le meme sac les gens ,et les politiques.

    • Italie : la grande débrouille ?
      Je suis Français et du même avis que vous, ce documentaire est une honte pour le service public français de la télévision.
      Le reportage n’est pas factuel mais bien politique. France 2 ne fait pas ici œuvre d’information mais part d’un clair postulat idéologique, selon lequel l’immigration massive et l’islamisation seraient des phénomènes normaux, voire souhaitables, qu’il est inconcevable de refuser ou de dénoncer, sauf positions “extrêmistes”. En témoigne le seul titre du reportage : “La crispation identitaire”. Le ton du commentaire principal est narquois et condescendant, les mots “délation“, “xénophobie“, “racisme“,”‘intolérance” y sont omniprésents. Les positions de la Ligue du Nord sont ouvertement raillées, l’amalgame entre certains faits divers et les positions politiques est permanent. Le doublage de certaines interviews est particulièrement déformant (intonation moqueuse et méprisante). Noter en contrepoint la liberté de parole en Italie. La France va mal !

      • Italie : la grande débrouille ?
        Cher Monsieur Saladin,
        Permettez-moi de ne pas être d’accord avec vous. Sincèrement, je ne pense pas que ce documentaire soit une honte pour votre service public. Les choses montrées par France 2, au-delà des appréciations journalistiques qui sont toujours discutables, sont des faits. Par exemple, il est vrai qu’aucun pays n’aime voir débarquer des milliers d’immigrés, mais le problème n’est pas de se réjouir ou non qu’arrivent des immigrés de partout ; le problème est que la mondialisation avec toutes ses contradictions génère des phénomènes d’immigration et que la solution ne peut être dans la fermeture militarisée des frontières, mais bien plutôt dans celle de tenter d’ établir un ordre mondial qui administre et régule cette épouvantable disparité entre Nord et Sud.
        Les images sur la Ligue ne sont pas des inventions mais des faits. Du reste, comme vous l’aurez remarqué, les léguistes eux-mêmes se vantent de leur racisme et de leur xénophobie, oubliant que durant des dizaines d’années les Italiens eux-mêmes (en tant qu’émigrés) ont été victimes de racisme et xénophobie.
        Permettez-moi enfin d’émettre quelques doutes sur la liberté d’information en Italie ; un régime de monopole n’a rien de libéral. Je peux être d’accord avec vous pour dire que la France va mal, mais l’Italie aussi, et comme le démontrent les récentes élections, au taux de participation si bas, toute l’Europe va mal, incapable de produire une pensée libérale, démocratique ou socialiste d’une certaine force et clarté.
        Nicola Guarino

    • Italie : la grande débrouille ?
      Gentile Signora Sandra,
      Non credo proprio che in Italia ci sia una dittatura, almeno così come immaginata, secondo modelli classici. C’é uno scollamento tra la politica e la partecipazione dei cittadini, i quali quando non trovano delle valide risposte ideali e reali ai propri problemi tendono a rinchiudersi nei propri particolarismi, nei propri egoistici interessi. Questo avviene non solo in Italia ma in Francia e in ogni luogo. La realtà è che i partiti italiani dovrebbero ridare questo senso della partecipazione ai cittadini, cosa che manca. Quando la situazione generale è poi così diversa e complessa tra il nord e il sud, nella economia, nella società ecco che si determina una guerra tra poveri ed emergono spinte a cercare il nemico ad ogni costo, questo spinge a sempre più gravi forme di razzismo, che peraltro le recenti normative del ministro Maroni tendono ad incoraggiare. Sui suoi argomenti, esposti con passione e fierezza, molto ci sarebbe da dire e se ci seguirà potremo riparlarne. La trasmissione non mi è sembrata antitaliana, si sono riconosciuti diversi meriti al nostro Paese e al suo capo di governo, non ultimo quello di essere una potenza economica, malgrado tutto, di prima grandezza, o la tempestiva e « calorosa » attenzione ai terremotati dell’Abruzzo, ma questo non toglie nulla alla complessità del « caso Italia » che ben è stato, a mio avviso, rappresentato da France 2.
      Nicola Guarino

      • Italie : la grande débrouille ?
        Bonjour,

        Je suis de l opinion de Sandra et Saladin. Encore un reportage pitoyable sur l Italie avec melange de lieux communs et de facilite. Aucune distance, aucune profondeur. Comme d habitude sur France 2. Je vis en Italie depuis 10 ans, je vis a Civita Vecchia et regarde parfois le 20 h de France 2 sur TV5 Monde. A chaque fois qu il y a un reportage, un sujet sur l italie, je suis en plein effroi devant tant de betises. Comment peut on faire des choses aussi detachees de la vie du pays ? Comment ? Et vous, quelles motivations avez vous pour publier cette video qui est une honte pour l italie et le service public. Je devrai dire service public de la tele, parce qu en revanche le service public de la radio (Radio France) n a jamais ete aussi fort qu en ce moment. Il y a peu, mon mari et moi on a decouvert le travail d Eric Valmir, le correspondant de la radio en italie, il tient meme un blog et je ne vois aucune mention sur ce site. Vous voulez une Italie proche de celle que nous vivons ici au quotidien, interessez vous au travail d Eric. En plus, il va faire une emission cet ete sur le pays et je suis sur que ce sera autre chose que cette infamie de France 2 !

        Valerie

        • Italie : la grande débrouille ?
          Bonjour Valérie,

          Comme vous vivez en Italie, vous vous serez rendue compte que notre pays n’est pas seulement celui de Raphaël et des beaux musées, des ruines antiques et des splendides panoramas de carte postale. L’image de l’Italie à l’étranger met beaucoup d’entre nous mal à l’aise. La réalité italienne est très complexe et à certains égards présente bien des anomalies. Il me semble que l’émission de France 2 a su montrer des aspects variés de l’Italie. Par exemple, le monde très dynamique des entrepreneurs avec l’exemple de Geox, la solidarié familiale, la figure controversée du premier Ministre qui a obtenu des résultats et qui jouit d’une indiscutable popularité, mais qui suscite également ostilité et antipathie, sans faire l’impasse sur le racisme de la Ligue du Nord, la criminalité à Naples et en Campanie. Selon moi, Etienne Leenhardt a montré des faits, sans préjugés. Si vous regardez la France, vous conviendrez que c’est un pays qui a aussi ses ombres et ses lumières, ses difficultés dans un monde globalisé. Franchement, je ne peux pas être aussi catégorique que vous dans mes jugements. J’aime l’Italie comme j’aime la France, mais l’amour comprend une reconnaissance des défauts du sujet de cet amour. Quant à Eric Valmir, vous avez raison, c’est un bon journaliste; nous autres d’Altritaliani suivons son blog avec intérêt. Nous l’avons rencontré et vous entendrez aussi parler de son travail sur notre site. Nicola

Comments are closed.