Souvenirs d’Italie (1650-1850) ou quand le Petit Palais s’invite au Musée de la Vie romantique.

Une petite allée plantée d’arbres centenaires, une cour pavée, un jardin de roses et
de lilas odorants, un pavillon à l’italienne, c’est
l’un des plus charmants musées de la Ville de
Paris !

Ancienne demeure du peintre d’origine
hollandaise ARY SCHEFFER, “l’enclos
Chaptal”
a vu défiler la fine fleur des Arts et Lettres
de la Monarchie de Juillet : Liszt, Rossini,
Tourgueniev,
Dickens, Berlioz, Delacroix et bien
sûr Chopin et George Sand dont le rez-de-chaussée du musée abrite les “mémorabilias”.

C’est dans ce cadre envoûtant qu’une
centaine d’œuvres (peintures, dessins, estampes et sculptures) provenant des collections
du Petit Palais sont proposées aux amoureux de la péninsule. Les œuvres d’artistes français
ayant séjourné en Italie, issues pour la plupart de la
collection DUTUIT, amateurs d’art éclairés, héritiers d’une fortune considérable, sont
accompagnées d’ une vingtaine de céramiques et bronzes antiques
qu’Auguste DUTUIT, peintre, expert et à l’occasion négociant, installé à ROME, avait patiemment chinés.

Depuis DURER et son « voyage de
formation” à travers l’Europe qui l’avait conduit jusqu’à ROME où il s’était
frotté aux chefs-d’œuvre antiques, le “GRAND TOUR” était devenu le passage obligé de tout peintre, architecte, graveur, sculpteur,
musicien, poète, mais aussi de tout intellectuel et aristocrate européen épris de culture.

ROME musée à ciel ouvert attire. Les paysages pittoresques émerveillent, les
vestiges et les traces du passé fascinent, la lumière éclaire les palettes !

Plusieurs générations vont ainsi mesurer leur
talent dans la “terra sancta “de l’art
et l ‘Académie de France à Rome créée en
1666 forme les boursiers “au bon goût et à la
manière des anciens”. Les artistes travaillent “sur le motif ” ou recomposent leurs “souvenirs d’Italie” à leur retour en France.

L’exposition propose de nombreuses œuvres inédites ou peu montrées :

une série de gravures ainsi que deux dessins et une peinture du paysagiste, spécialiste des couchers de soleil incandescents,

l’incomparable CLAUDE GELEE dit LE LORRAIN (1600-1682),

illustrent le genre pastoral, poétique et rustique à la fois du maître, qui s’installa définitivement à Rome (comme avant lui POUSSIN) en 1627

1-_Souvenirs_d_Italie_-_Gellee_copie.jpg
Claude Gellée dit LE LORRAIN (1600-1682)

Le troupeau en marche par temps orageux entre 1650 et 1651

Eau-forte, 2e état sur deux,

16,1x22cm, GDUT05303

©Petit Palais/Roger-Viollet

un des plus beaux dessins de FRAGONARD

6-_Souvenirs_d_Italie_-_Fragonard_copie.jpg
Jean-Honoré FRAGONARD (1732-1806)

Un parc à l’italienne. Les jardins de la villa d’Este vers 1774

Lavis de bistre sur traits de pierre noire

34,7 x 46,3 cm, DDUT00965

©Petit Palais/Roger-Viollet

des oeuvres de HUBERT ROBERT surnommé “ROBERT des ruines”

3-_Souvenirs_d_Italie_-_Robert1_copie.jpg
Hubert ROBERT (1733-1808)

Ruines romaines, 1776

Huile sur toile

115x89cm, PPP03764

©Petit Palais/Roger-Viollet

ainsi que le décor mythologique qu’il peignit pour l’ Hôtel de Beaumarchais dont les huit toiles monumentales sont réunies ici pour la première fois depuis 1818

5-_Souvenirs_d_Italie_-_Robert3_copie.jpg
Hubert ROBERT (1733-1808)

L’Hercule Farnèse, 1790

Huile sur toile

281x132cm

©Petit Palais/Roger-Viollet

le seul nu peint par COROT

9-_Souvenirs_d_Italie_-_Corot_Marietta_copie.jpg
Camille COROT (1796-1875)

Marietta, 1843

Huile sur papier collé sur toile

29x44cm, PDUT01158

©Petit Palais/Roger Viollet

COROT dans une lettre du 10mars 1827: « Tu me demandes des nouvelles des romaines. Ce sont toujours les plus belles femmes du monde que je connaisse (…). Toutes ne sont pas voluptueuses (…). Malgré cela, les yeux, les épaules, les mains et les culs sont superbes (…). Moi comme peintre, j’aime mieux l’italienne, mais pour faire le sentiment, je me penche sur la française. »

Sont aussi présents dans l’exposition des travaux de INGRES, VERNET, CARPEAUX, GIRODET, HARPIGNIES, HUE, HEBERT, PRUD’ HON, GRANET. Du classicisme au romantisme, ils offrent une vision réelle ou fantasmée de cette terre si prisée des créateurs que NAPOLEON avait pu dire :

“Tandis que le reste de l’Europe envie nos richesses, nos jeunes talents vont encore, au sein
de l’Italie échauffer leur génie à la vue de ses grands monuments et respirer l’enthousiasme qui les a enfantés”.

“La villa Médicis perpétue de nos jours cette tradition d’échange à ROME qui a inspiré également les musiciens (GOUNOT, BERLIOZ, DEBUSSY, STRAVINSKY après MOZART) et les écrivains de MONTAIGNE et DU BELLAY à SADE, MADAME de STAËL, CHATEAUBRIAND et plus proches de nous MORAND et GIONO, sans oublier bien sur STENDHAL qui confiait dans ses “PROMENADES DANS ROME” : “Je voudrais, après avoir vu l’Italie, trouver à Naples l’eau du Léthé, tout oublier, et puis recommencer le voyage et passer mes jours ainsi”.

MOI AUSSI…

Marie SOREL

MUSEE DE LA VIE ROMANTIQUE

Hôtel Scheffer-Renan

16 rue Chaptal – 75009 PARIS

JUSQU’AU 17 JANVIER 2010- DU MARDI AU DIMANCHE DE 10H à
18H sauf jours fériés