Altritaliani
CINEMA. SORTIE EN SALLES EN FRANCE LE 29 DECEMBRE.

“Le quattro volte” de Michelangelo Frammartino

sabato 18 dicembre 2010 di Sara Grimaldi

Le film italien de Michelangelo Frammartino "Le quattro volte"(2010) est une vision poétique des traditions de sa Calabre natale, des quatre cycles de la vie et de la nature, le fruit d’un lent travail d’observation. Sélectionné à Cannes cette année à la Quinzaine des Réalisateurs, il a obtenu le label Europa Cinéma et remporté le Grand Prix au festival du cinéma italien d’Annecy 2010.

«Nous avons en nous quatre vies successives qui s’emboîtent les unes dans les autres. L’homme est un minéral, car il est formé de sels, d’eau et de substances minérales. L’homme est un végétal, car, comme les plantes, il se nourrit, respire et se reproduit. C’est un animal, car il est doté de connaissance du monde extérieur, d’imagination et de mémoire. Enfin c’est un être rationnel, car il a de la volonté et de la raison. Nous avons en nous quatre vies distinctes et devons donc nous connaître quatre fois.»

Cette phrase est de Pythagore, qui vécut en Calabre au VIe siècle avant J.C., dans cette même région où Michelangelo Frammartino a tourné son film “Le quattro volte”, à la recherche d’une tradition dont le mathématicien et philosophe grec a été le porte-parole. Ainsi, comme dans une danse qui parcourt les différentes phases de la vie, défilent les saisons, contant des moments-clé d’un petit village accroché aux montagnes, comme le passage de la vie à la mort bien représenté par le vieux berger qui passera le témoin au jeune chevreau, ou encore par l’arbre séculaire dont le bois sera transformé selon un rite antique en charbon.

Le film de Frammartino est une succession d’émotions et images qui captent à merveille la vie de ce village tranquille, où tout continue à s’écouler comme par le passé, malgré les changements de la société et l’évolution des saisons. Le tout présente un caractère très cyclique, qui ne peut que nous inciter à penser à des films comme Printemps, été, automne, hiver... et printemps de Kim Ki-duk ou aux films ethnologiques de Flaherty.

Le film se caractérise par sa totale absence de dialogues. Pendant une heure et demi, seule la nature et la vie passent devant nos yeux, nous rappelant la beauté des sons du monde, que souvent nous oublions d’écouter.

Les images de ce film contribuent à faire accroitre cette attention, grâce à une utilisation de la photographie qui exalte ce qui normalement n’est que le décor du film, en le faisant devenir protagoniste. Le film de Michelangelo Frammartino, présenté au Festival de Cannes 2010 dans le cadre de la Quinzaines des réalisateurs, sortira en salle le 29 décembre et c’est sûrement un chef-d’œuvre à ne par rater.

Sara Grimaldi

— -

Sortie en salle le 29 décembre 2010. A Paris, dans les cinémas suivants:
Arlequin,
7 Parnassiens
Balzac
MK2 Beaubourg
MK2 Quai de Seine

Après IL DONO (2003), Michelangelo Frammartino est retourné en Calabre, pour filmer un village, et le mode de vie des bergers et des charbonniers, qui y vivent en harmonie avec les animaux et la nature qui les entourent. Il offre au spectateur un voyage d’une stupéfiante beauté, alternant des moments de poésie et de burlesque. C’est une œuvre singulière, entre fiction et documentaire, inventant une narration sans dialogue mais très ludique. Un film à caractère radical et cependant universel dont la force principal réside, outre sa grande poésie, dans la capacité de l’auteur à parler à tous à travers un film ‘sans parole’. Le film a été projeté dans plusieurs festivals depuis cet été (Lama, Annecy, Cinessonne, Auch…), et les spectateurs nous parlent d’un film qui fait du bien, drôle, original, apaisant, dépaysant…

Bande-annonce du film

Le site de “Le Quattro volte


Home | Contatti | Mappa del sito | | Statistiche del sito | Visitatori : 1255 / 3866474

Monitorare l’attività del sito it  Monitorare l’attività del sito culture et CULTURE  Monitorare l’attività del sito Cinema   ?

Sito realizzato con SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

-->