Altritaliani
Le Coin du libraire

Livres et romans italiens - Nouveautés 2014

venerdì 28 marzo 2014 di Evolena

Parmi les nouveautés éditoriales récentes, que nous offrent actuellement de particulièrement séduisant les librairies de France sur leurs rayons littérature et livres italiens en traduction française? Voici ma sélection, forcément subjective et sans prétention d’exhaustivité. Donnez-nous votre avis et faites-nous découvrir vos coups de coeur.

Mais avant d’en venir au coeur du sujet, un constat réconfortant: d’après une toute récente enquête Ipsos «Les Français et la lecture», 7 Français sur 10 sont lecteurs et la fréquence de lecture reste élevée (45% des lecteurs lisent tous les jours). La lecture reste le 2e loisir préféré des Français, des femmes en particulier, et, outre à nous enrichir culturellement, conserve une véritable fonction d’évasion et de lien social.

Autre constat réjouissant pour l’avenir du livre: les Français continuent à être attachés à “l’objet livre”. Malgré un léger recul en trois ans, la lecture au format papier n’est pas significativement relayée par la lecture au format numérique. Et, comme l’a encore démontré le Salon du Livre, les Français sont toujours curieux de rencontrer les auteurs.

SELECTION:

ME RECONNAIS-TU? d’Andrea Bajani
Titre original: Mi riconosci?
Trad. de l’italien par Vincent Raynaud
Hors série Littérature, Gallimard
Parution : 06-03-2014

Me reconnais-tu? est l’histoire d’une amitié entre deux écrivains. L’aîné – dans sa maturité, et célèbre dans le monde entier – ouvre grands les bras à un jeune romancier de trente ans son cadet après avoir lu son dernier livre. Dès la première entrevue, l’affection est réciproque, puissante, et parfois, débordante. Les coups de griffe du plus âgé en direction du plus jeune ne manquent pas, mais ce sont surtout l’impertinence, l’humour et la tendresse qui tissent petit à petit une relation forte et complexe entre les deux hommes, un lien qui sera mis à rude épreuve quand la maladie fait son irruption.

Andrea BAJANI fut ce jeune romancier qu’Antonio Tabucchi avait accueilli dans sa vie et dans sa famille, et dans un récit bouleversant qui remonte le temps, des funérailles à leur première rencontre, il rend le plus bel hommage que l’on puisse imaginer au grand écrivain disparu en mars 2012.

°°°°°°°

RÉSISTER NE SERT A RIEN, de Walter Siti
Titre original : Resistere non serve a niente
Traduit de l’italien par Serge Quadruppani
Editions Métaillé
Parution: 20-02-2014

Au cours d’une réunion mondaine, dans le milieu à la fois puissant et dérisoire des people romains, un spéculateur financier de haut vol demande au narrateur, contre salaire, un livre sur sa vie : «Tu dois me dire qui je suis».

Jouant sur tous les registres, Walter Siti, l’un des plus grands écrivains italiens vivants, nous attache au destin de Tommaso, fils du petit peuple romain, obèse dans son adolescence, génie des mathématiques devenu bankster milliardaire à trente ans à peine, recruté par la mafia pour laver l’argent sale dans les eaux troubles de la spéculation financière. S’appuyant sur une connaissance approfondie des mécanismes et du jargon de l’économie numérisée, l’auteur nous fait découvrir comment la fameuse zone grise entre les mafias et la haute finance tend à devenir en fait la finance tout court. À travers une galerie de personnages complexes et attachants – dont l’auteur lui-même – nous sommes transportés au cœur de ces guerres quotidiennes dont les champs de bataille sont le sexe et l’argent.

Walter SITI est né à Modène en 1947. Il a enseigné la littérature à l’École normale supérieure de Pise et dirigé l’édition des œuvres complètes de Pasolini. Deux ouvrages ont été publiés en France chez Verdier : Leçons de nu (2012) et Une douleur normale (2013).

°°°°°°°

SACRÉS ITALIENS! d’Alberto Toscano
Armand Colin
Parution: 5 - 02 - 2014

Digne héritière de la Renaissance ou arène médiatique grotesque des frasques de Berlusconi? On ne sait plus trop où va l’Italie. Est-elle vraiment à la dérive? Et si oui, peut-elle se relancer? Surtout, comment comprendre les Italiens ? Avec l’ironie du journaliste, Alberto Toscano passe en revue les clichés véhiculés par son pays de naissance : pasta, Vespa, Cinecittà… Il y mêle la rigueur de l’historien pour interpréter les vicissitudes d’un peuple unifié depuis un siècle et demi «seulement». Aujourd’hui les Italiens sont patrons de leur destin : ils peuvent s’engager sur le chemin des réformes ou replonger dans la spirale de la régression. Les Italiens adorent l’amour et le soleil. Ils aiment rêver. Alberto Toscano nous explique pourquoi cette fois ils ont intérêt à garder les pieds sur terre.

Originaire de Novare (Piémont), Alberto Toscano est le plus français des journalistes italiens. Il aime l’histoire, le cinéma et la cuisine, mais plus que tout il croit dans le projet européen.

°°°°°°°

UN HIVER A ROME, d’Elisabetta Rasy
Traduit par Nathalie Bauer
Edition Le Seuil
Parution: 13-03-2014

Arrivée à la cinquantaine, Costanza traverse une sorte d’hiver : en proie à une soif insatiable de lumière et d’amour, elle arpente les rues de Rome et en particulier le mausolée de la sainte dont elle porte le prénom, où elle croit entrevoir la clef d’un mystère commun. Mais c’est la mort de Bruno, un photographe allemand de grand talent, qui lui apportera la solution à sa quête. L’ordinateur qu’il lui a légué renferme non seulement ses travaux sur les statues antiques, sorte de testament spirituel, mais aussi une incroyable surprise. Car l’hiver, à Rome, est parfois traversé par une lumière si vive qu’on en est presque aveuglé.

Tout en finesse, Elisabetta Rasy nous offre un roman de formation d’un genre inédit, celui de la maturité d’une femme.

Écrivain et journaliste, Elisabetta Rasy a passé son enfance à Naples, puis a déménagé à Rome, où elle vit actuellement. Spécialiste de littérature féminine, ses livres, romans, recueils de nouvelles et essais, sont traduits en différentes langues.

°°°°°°°

ET TOUJOURS:

L’ITALIE, ROME ET MOI, de Philippe Ridet
Flammarion
Parution: 2-10-2013

Italie, Rome et moi « ... la corruption des politiques, la mafia, le Festival de la chanson de San Remo, les papes, les glissements de terrain et les tremblements de terre, la faillite de la Sicile, la fabrication des pâtes et l’élaboration des sauces, la concussion, la rétorsion, l’abus de pouvoir, la ruine des ruines de Pompéi, des adresses d’hôtels en bord de mer, des recettes de cuisine, des patrons partis de rien et qui ont bâti un empire, des chantiers qui ne finiront jamais, la fuite à l’étranger des jeunes diplômés, des pactes entre banquiers à Milan, des meurtres gratuits et des règlements de comptes à Naples, l’abandon de Cinecittà, le pull de cachemire noir de Sergio Marchionne, le patron de la Fiat, les vestes à larges revers de Lapo Elkann et les costumes stricts de son frère John, les combines du football, la chasse aux immigrés en Calabre, les sermons de Roberto Saviano, l’omniprésence de l’Église, le chômage, la dette et le spread, l’évasion fiscale... » Rien ou presque n’aura échappé à l’auteur de ce récit foisonnant, charmeur et si profondément original. On le refermera en pensant à Jacques Nobécourt qui avait écrit: «Méfiez-vous de ceux qui ont tout compris de l’Italie et peuvent l’expliquer clairement. Ils sont sûrement mal informés.»

Philippe Ridet est depuis 2008 correspondant du journal Le Monde à Rome.

°°°°°°°

LYON A L’ITALIENNE
Deux siècles de présence italienne dans l’agglomération lyonnaise, de Jean-Luc Ochandiano
Editions Lieux Dits
Parution : 4-09-2013

Pour tous les Italiens, leurs descendants, leurs amis, les amateurs d’histoire, un beau livre illustré qui raconte deux siècles d’immigration et de présence italienne dans Lyon et son agglomération. Depuis deux siècles, des dizaines de milliers d’Italiens se sont installés à Lyon, puis dans son agglomération. Au départ, il s’agissait surtout de paysans pauvres qui, pendant une partie de l’année, quittaient les montagnes italiennes pour venir gagner quelques sous dans les ateliers ou sur les chantiers, en tant que plâtriers, mosaïstes, sculpteurs sur bois, tisseurs ou ferblantiers.
Mais, au fur et à mesure du développement industriel, ils sont de plus en plus nombreux à s’installer à Lyon pour travailler dans les usines qui naissent aux marges de la ville. Des quartiers marqués par une forte présence italienne naissent alors, des entreprises et des commerces italiens se développent, des associations voient le jour. Ils permettent à ces déracinés de préserver leur mode de vie, leurs traditions, et un peu de la chaleur de leur région d’origine.

Cette immigration italienne a perduré jusqu’à la fin des années 1960, à tel point qu’aujourd’hui, de nombreux Lyonnais comptent parmi leurs ancêtres un émigrant qui a dû quitter son Italie natale. Qui étaient ces Italiens et quelle a été leur vie au cours de ces deux siècles de migration à Lyon ? Comment ont-ils peu à peu trouvé une place dans la ville ? Quelle mémoire a laissé cette immigration, la plus importante à Lyon au cours de ces deux siècles ? Autant de réponses à découvrir dans ce beau livre très complet et documenté, enrichi de nombreuses illustrations généralement inédites.

Evolena

DONNEZ VOTRE AVIS SUR CES NOUVEAUTES, PARTAGEZ VOS COUPS DE COEUR EN CLIQUANT SUR "Rispondere all’articolo"


forum

Home | Contatti | Mappa del sito | | Statistiche del sito | Visitatori : 1588 / 4405091

Monitorare l’attività del sito it  Monitorare l’attività del sito culture et CULTURE  Monitorare l’attività del sito Letteratura - lingua - libri   ?

Sito realizzato con SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

-->