Altritaliani

Damadaka : musica dalla tradizione

di Marc Delacherie
venerdì 22 maggio 2009

Cinq musiciens et chanteurs auxquels s’est jointe une danseuse se sont réunis pour former le groupe Damadaka dont le but est de découvrir des chants et des danses au cours des fêtes traditionnelles dans toute l’Italie du sud en privilégiant la Campanie dont ils sont originaires.

Passionnés depuis l’enfance par ce type de musique, ils se rendent aux fêtes, repèrent des chansons et des danses que seuls les anciens- entendez par là les gens qui ont toujours vécu dans la région -jouent encore. Ils les enregistrent puis rencontrent les personnes qui les ont présentées, pour en connaître l’origine, l’histoire, en retrouver l’âme et les transmettre ensuite en essayant d’en communiquer l’émotion. Ils refusent les arrangements, ce qu’ils appellent la contamination, s’attachant à en restituer la pureté et l’authenticité. Ils pensent ainsi avoir retrouvé et sauvé des chants qu’on ne chantait plus depuis plus de 20 ans.

Tous les musiciens sont instrumentistes et jouent des instruments traditionnels très variés provenant de toutes les régions de l’Italie du Sud : il tamburello, l’organetto, la fisarmonica, le castagnett , la tofa bien connus mais également conchiglia, il tamburro a cornice, il marranzano ou tromba dei zingari, sisco - flauto di corteccia tradizionale della zona di Gigliano in provincia di Napoli - la ciaramella, la zampogna, la lira calabrese…

Damadaka donne ainsi des spectacles riches et variés mêlant le chant traditionnel profane ou religieux, la polyphonie – 5 d’entre eux faisaient à l’origine partie d’un chœur polyphonique- et la danse dans une atmosphère de fête : ballo sul tamburo ou mieux connu comme tammuriata, pizzica, tarentelles de différentes régions du Sud.

En recherche permanente, dans un but culturel, les Damadaka ont aussi l’ambition de resserrer les liens qui se sont relâchés ces dernières décennies entre les anciens et la nouvelle génération. Les anciens qui transmettent des chants, des comptines, des « filastrocche », des berceuses en dialecte se rapprochent de leurs petits-enfants auprès de qui ils retrouvent une certaine importance.

Dans cette civilisation paysanne et pastorale, musique traditionnelle et musique religieuse sont étroitement liées : ainsi dans les fêtes et processions dédiées à la Madonne, mère de Dieu mais aussi terre-mère, survivance du culte de l’antique Demetra. Les Damadaka s’efforcent de retrouver cette musique « devozionale » ses racines et ses rites et d’en restituer la ferveur. Ils proposent ainsi, en plus de leurs spectacles festifs des chants appropriés à certains grands moments liturgiques : chants traditionnels de Noël, animation de la Semaine Sainte et du mois de mai dédié à la Vierge.

J’ai fait venir ces musiciens dans le cadre d’une semaine italienne sur les conseils d’amis napolitains. Le public a été conquis. Damadaka qui s’est produit dans divers pays d’Europe voudrait aujourd’hui s’adresser à un public d’Italiens établis en France qui souhaitent retrouver leurs racines afin de continuer à transmettre la mémoire.

Marc Delacherie

Plus d’informations sur leur site : www.damadaka.it


Home | Contatti | Mappa del sito | | Statistiche del sito | Visitatori : 1575 / 3869934

Monitorare l’attività del sito it  Monitorare l’attività del sito culture et CULTURE  Monitorare l’attività del sito Musica   ?

Sito realizzato con SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

-->